Un premier rendez-vous

Je me suis inscrite à un site de rencontres, alors il faut jouer le jeu. Après quelques jours de magasinage je prends contact pour vrai : rencontre il y aura. Je m’y prépare mentalement. Je me rassure je me dis que ce sera une bonne occasion de pratiquer l'art de converser…. Il faudrait penser à des sujets, à des questions … Et du côté émotionnel tu te prépares comment? Bah, on verra bien.


Et la rencontre se produit.

Et je voudrais être ailleurs.

Ouf!

Je me désabonne dès mon retour! Cette méthode de matching ne me convient pas du tout.


OK. What’s next? Je m’oblige à un peu d’introspection. Je titre la page de blogue : pourquoi déjà je veux être en couple? La page restera vide pendant plusieurs jours. Et changera de titre.


Ma solitude est remplie des petits gestes du quotidien. Mes activités extérieures sont contemplatives : marcher en écoutant ce qui se passe autour, laver la voiture avec juste un seau d’eau et une mitaine - prétexte pour prendre un peu de soleil… Si un repas en bonne compagnie me comble, si les conversations effervescentes à quatre ou six autour d’une table m'enchantent, je regagne avec plaisir mon cocon de célibataire.


À l'intérieur je lis, je déplace mes meubles, repeins un mur. Un psy vous dirait que faire et refaire son nid est symptomatique, que je me cherche des racines. Il n’aurait peut-être pas tort (rires). Sinon, je travaille à temps plein – j’ai dégoté tout récemment un nouvel emploi – et je consomme de la télé : des séries de rénovation et des films romantiques. Trop de films romantiques ! Encore là, c’est symptomatique (je ris).


Pourquoi déjà le couple ?

Allez Isabelle soit honnête. Tu veux être en couple pour être aimée.

OUI ! C’est bêtement, égoïstement, simplement, purement ÇA je le réalise maintenant totalement.


Je sais bien que ce serait plus élégant de dire j’ai envie d’aimer et d’être aimée. La réalité c’est que je voudrais qu’il n’ait pas besoin que je l’aime parce que je sais mal montrer que j’aime. Je le voudrais philosophe, capable de passer outre cet aléa. Qu’il sache m’écouter sans me conseiller. Et s’ouvrir sans craindre le ridicule. Qu’il sache me faire confiance parce qu’il est sûr de lui. Et que, parce qu’il est sûr de lui, il n’ait pas besoin de savoir que je l’aime.




« C’est peu de prendre les êtres comme ils sont, et il faut toujours en venir là ; mais les vouloir comme ils sont, voilà l’amour vrai. »

Émile-Auguste Chartier, dit Alain - philosophe




TO DO : Apprendre à baisser la garde. Et assumer que je suis « aimable ».

Pour me joindre:

Isabelle Léveillé

Courriel: i.leveille@videotron.ca

  • LinkedIn Social Icône

© 2021 Isabelle Léveillé - Propulsé par Wix.com